Politique 458 Vue(s)

Procčs des pro-Gbagbo: une laborieuse organisation

admin
October 27 /2014
    
Procčs des pro-Gbagbo: une laborieuse organisation

En Côte d’Ivoire, le procès de Simone Gbagbo et de ses 82 co-accusés pour atteinte à la sûreté de l’Etat a été reporté, sans nouvelle date fixée. Il devait s’ouvrir mercredi 22 octobre, mais la justice n’est toujours pas prête. Des doutes surgissent sur sa capacité à organiser un procès d’assises d’une telle ampleur.

Aucune chance que ce procès s’ouvre dans moins de quinze jours. Deux semaines, c’est le délai minimum à respecter entre le début des audiences et la fin de l’identification des accusés. Une formalité simple - il s’agit d’enregistrer le nom des prévenus et celui de leur avocat - mais qui semble s’éterniser. Si presque la totalité des accusés qui sont à Abidjan ont ainsi été enregistrés la semaine dernière, ceux qui se trouvent à l’intérieur du pays, moins d’une dizaine dont Simone Gbagbo, ne le sont toujours pas.

« Tout cela a été fait dans la précipitation ! », s’exclame un des avocats des pro-Ggagbo. « C’est le pouvoir politique qui a décidé de la date de ce procès, mais la justice, elle, n’est pas prête. », poursuit-il. Selon un autre de ses conseillers joint par RFI, ce n’est que pour prendre la Cour pénale internationale (CPI) de vitesse que la date du 22 octobre avait été annoncée. La CPI a en effet délivré un mandat d’arrêt contre Simone Gbagbo.

Les défenseurs des accusés disent commencer à douter de la tenue même de ce procès hors norme. Mais le gouvernement, lui, l’a réaffirmé : la justice est en ordre de marche et le procès aura bien lieu. Mais pour l’instant personne ne se risque à dire quand.

Avec Rfi

Categories : Politique
Share this post