Economie 954 Vue(s)

Relations bilatérales / François Hollande ŕ Abidjan : les retombées économiques d’une visite

admin
August 26 /2014
    
Relations bilatérales / François Hollande ŕ Abidjan : les retombées économiques d’une visite

Le président français François Hollande a effectué sa première visite officielle en Côte d’Ivoire le 17 juillet 2014. Il était accompagné d’une très forte délégation constituée de quelques membres de son gouvernement et de chefs d’entreprise françaises. Après coup, force est de constater que cette visite vient renforcer les relations franco-ivoiriennes.

La France et la Côte d’Ivoire sont liées par l’histoire. Ces deux pays ont su faire fructifier leurs relations, tant au niveau économique que socio-culturel, en dépit de la période entre 2002 et 2011, plus «brumeuse», qui a mis à mal l’économie ivoirienne. Les bailleurs de fonds sont alors moins confiants, certaines entreprises françaises délocalisent, quand d’autres, moins chanceuses, mettent la clé sous la porte. Les échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et la France s’effritent. Ceux-ci connaissaient une forte chute, passant de 1 631 milliard FCFA en 2004 à 673 milliards FCFA en 2011. Passé l’ouragan, Alassane Ouattara accède au pouvoir en Côte d’Ivoire et les relations franco-ivoiriennes reprennent de plus belle.

L’effet Ouattara
Les nombreux voyages internationaux du numéro 1 Ivoirien repositionnent la Côte d’Ivoire sur l’échiquier économique mondial en général, et africain en particulier. Plusieurs chantiers sont entrepris, de nombreux investisseurs reprennent la destination de la Côte d’Ivoire, la relance économique est en marche. Aujourd’hui, l’on dénombre plus de 800 entreprises françaises installées en Côte d’Ivoire (dont 160 représentants de grands groupes), employant plus de 400 000 personnes. Les secteurs de la banque, du BTP et du transport sont les plus présents sur le territoire ivoirien. Cumulés, ceux-ci représentent environ 30% du produit intérieur brut (PIB).
Les échanges commerciaux entre la France et la Côte d’Ivoire ont enregistré une progression de 9% en 2013, en ligne avec l’évolution de l’économie nationale, la Côte d’Ivoire demeurant ainsi le troisième marché français en Afrique subsaharienne après l’Afrique du Sud et le Nigeria. A fin 2013, les échanges commerciaux entre les deux pays sont passés à 1 076 milliards FCFA, soit une hausse de 60% par rapport à 2011. Ces échanges sont portés pour la plupart par les exportations ivoiriennes (+21%), alors que les exportations françaises ralentissent (+2,5%) mais atteignent la barre historique du milliard d’euros. L’excédent commercial en faveur de la France ressort ainsi à 363 millions d’euros, soit un taux de couverture de 155%. L’origine France se renforce dans les biens de consommation des ménages.
«La Côte d’Ivoire, qui a connu 9,8% de croissance en 2012 et 8,7% l’an dernier, est en train de redémarrer. Elle apporte de la stabilité, de la sécurité dans la région», a fait remarquer François Hollande à son arrivée en terre ivoirienne. Cette visite n’avait d’autre ambition que de resserrer les liens d’amitié et de travail qui existent entre ces deux pays. Pour sa première visite officielle en Côte d’Ivoire, François Hollande était accompagné d’une forte délégation d’hommes d’affaires et chefs d’entreprise françaises, dont Martin Bouygues, P-DG du groupe éponyme, et certains membres de la direction d’Alstom et de Suez-Environnement, venus s’imprégner des opportunités d’affaires à saisir. Outre les chefs d’entreprise, la délégation française comprenait trois membres du gouvernement français, à savoir Jean-Yves le Drian, ministre de la Défense, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, et Mme Annick Girardin, ministre du Développement et de la Francophonie, ainsi que cinq députés du Parlement français.

Six conventions signées
Un aspect très important était au menu de cette visite de François Hollande en Côte d’Ivoire. Ce fut la signature, au Palais présidentiel, au Plateau, de six accords de coopération dans divers domaines, dont notamment les infrastructures économiques, la santé, l’appui financier et la justice.

Le premier contrat, signé par le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, et le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, d’un montant de 52 millions d’euros (34 milliards FCFA), porte sur le financement de projets de fourniture d’eau dans la région de Gagnoa (centre-ouest du pays).

Un contrat portant sur le rééquipement des hôpitaux ivoiriens, pour un montant de 8 milliards FCFA, a aussi été signé entre la Côte d’Ivoire et la France, ainsi qu’un mémorandum d’entente entre les deux Etats pour la construction d’un ouvrage d’art d’un coût de 7,8 milliards FCFA.
Un accord de soutien à la justice dans le cadre du contrat de désendettement et de développement (C2D) a également été signé, ainsi qu’un contrat entre l’Etat ivoirien et Bivac-Veritas. Le dernier accord concerne un contrat de partenariat entre l’Ecole des hautes études commerciales (HEC) et le patronat ivoirien.

J-C ACKE

Categories : Economie
Share this post