Sante-au-quotidien 285 Vue(s)

La survie des patients atteints de cancer de la tête et du cou double gráce à l’immunothérapie

Mdiop
October 11 /2016
    
La survie des patients atteints de cancer de la tête et du cou double grâce à l’immunothérapie

Difficiles de traiter malgré une chimiothérapie, les cancers rnde la tête et du cou à un stade avancé restent l’un des cancers de plus rnmauvais pronostic. Une récente étude montre que l’administration d’une rnimmunothérapie double la survie des patients avec un cancer de la tête rnet du cou en rechute après rémission sous chimiothérapie.rnrnrn

rnrn rn Le tabagisme expose aux cancers des voies aérodigestives supérieures.rn rn rn rn Les cancers de la tête et du cou,rn aussi appelés cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS) sont rndifficiles à traiter et ont en général un mauvais pronostic. La majoritérn des patients avec une extension locorégionale et plus de 50 % des rnautres patients ont une rechute dans les 3 années suivant le traitement rnpar chimiothérapie.

La survie doublée grâce à l’immunothérapie

Dans une étude qui vient de paraître dans la revue The New England Journal of Medicinern et dont les résultats ont été présentés au Congrès de la Société rnEuropéenne d’Oncologie Médicale (ESMO) qui se tient du 7 au 11 octobre àrn Copenhague, au Danemark, des chercheurs ont présenté les résultats rnd’une étude multicentrique internationale qui montre que le nivolumab (Opdivo®), une immunothérapie contre le cancer, double la survie des patients avec un cancer de la tête et du cou en rechute après rémission sous chimiothérapie.

Une étude internationale sur 361 patients

Cettern étude, dirigée par le Pr Kevin Harrington de l’Institut de recherche rnsur le cancer à Londres et la fondation Royal Marsden Trust a été rnconduite dans 20 centres de recherche de différents pays et soutenue parrn Bristol Myers Squibb.Parmi les 361 patients ayant participé à rnl’étude, 240 de ces patients avec un cancer de la tête et du cou en rnrémission ou métastatiques ont reçu le nivolumab, et 121 une de 3 rnchimiothérapies classiques dont le docétaxel, seule chimiothérapie ayant l’autorisation dans cette indication au Royaulme-Uni, ou encore la cisplatine.Aprèsrn une année, 36 % des patients traités avec nivolumab étaient encore en rnvie, contre seulement 17 % des ceux ayant reçu une chimiothérapie. La rnsurvie médiane des patients sous nivolumab était de 7,5 mois, rncomparativement à 5,1 mois pour ceux sous chimiothérapie.

Un bénéfice plus net pour les patients positifs pour le HPV

Lesrn chercheurs ont retrouvé par ailleurs que le bénéfice en termes de rnsurvie était plus prononcé pour les patients ayant des tumeurs positifs rnpour le papillomavirusrn humain (HPV) : survie médiane de 9,1 mois pour les patients sous rnnivolumab, contre 4,4 mois pour les patients sous chimiothérapie. Les rnpatients négatifs pour le HPV ont eu une survie médiane de 7,5 mois avecrn nivolumab, contre 5,8 pour la chimiothérapie.

Moins d’effets secondaires avec nivolumab

Parrn ailleurs, les patients traités par nivolumab ont eu significativement rnmoins d’effets secondaires sévères (13 %), comparativement à la rnchimiothérapie (35 %). Les patients sous nivolumab déclaraient se sentirrn physiquement stables au cours du temps tandis que ceux sous rnchimiothérapie se disaient physiquement, moralement et psychiquement rndiminués.Pour le Pr Harrington, "nivolumab pourrait être une rnoption avantageuse pour traiter les patients avec un cancer avancé de larn tête et du cou, avec un prolongement important de la survie, sans rnaffecter la qualité de vie".

Categories : Sante-au-quotidien
Share this post